Comprendre les watts et la puissance en cyclisme

0
458
Les watts et capteurs de puissance pour progresser en cyclisme

C’est devenu au fil du temps un incontournable chez les professionnels. Désormais, il est accessible et envahit le peloton amateur. Je parle bien entendu du capteur de puissance. On entend tout et son contraire sur cet outil moderne qui a changé les habitudes d’entraînement et parfois les physionomies de course. Alors, on fait le point ensemble pour bien comprendre les watts et les capteurs de puissance en cyclisme.

C’est quoi la puissance en cyclisme ?

La puissance développée par le cycliste est exprimée en watts. C’est tout simplement la résultante force x vélocité qui donne les watts. Pour connaitre votre puissance, il vous faut soit un home trainer connecté sur lequel il y a un capteur de puissance. Ou alors investir dans des pédales, une manivelle ou un pédalier pour mesurer en temps réel votre puissance. Idéal pour conduire des séances d’entraînement calibrée quand on sait que la fréquence cardiaque peut varier selon la forme, la période de la journée, la chaleur… Mais 200 watts restent 200 watts. Qu’il fasse 10 ou 30 degrés, que vous soyez en forme ou pas… Bref, la puissance est un indicateur plus précis pour mener votre entraînement.

Les capteurs de puissance accessibles à tous…

Désormais, sur le marché de l’occasion ou en neuf, vous trouvez des capteurs de puissance relativement accessibles. Il vaut mieux mettre 500€ dans un outil d’entraînement précis comme un capteur de puissance plutôt qu’une paire de roue qui ne vous donnera qu’un léger gain sur vos performances.

Une fois acquis, le capteur de puissance se met en route tout seul dès que vous roulez (à condition d’avoir un compte ou GPS connectable en ANT+ évidemment…). Les chiffres défilent, impossible de tenir une puissance constante, ça monte et ça descend constamment. C’est difficilement contrôlable. Drôle d’engin, c’est vrai. C’est pour cela qu’il faut d’abord se l’approprier et comprendre son fonctionnement avant d’entamer des tests de puissance et commencer un programme d’entraînement basé sur la puissance.

…mais peu exploitables sans connaissances

Sans un minimum de connaissances, les données vont défiler sur l’écran et vous ne saurez pas les exploiter. Comme dit juste au dessus, avant d’espérer en tirer les bénéfices, il va falloir rouler avec pour vous approprier ce nouveau dispositif. C’est comme avec la ceinture cardio au début ou le capteur de fréquence de pédalage. Le capteur de puissance demande un temps d’adaptation. Petit conseil, rien ne sert de mesurer sa puissance instantanée. Car elle fluctue sans cesse et il est difficile de tenir une puissance instantanée constante. Optez plutôt pour une puissance sur 10 ou 30 sec. Cela va déjà vous permettre de voir un peu plus justement les watts que vous développez. Une fois que vous aurez compris le fonctionnement, il faudra alors se mettre en route vers les tests de puissance afin de définir votre profil de puissance. Ces tests permettront également de définir l’ensemble de vos zones (i1, i2, i3…) afin de commencer à vous entraîner sérieusement.

Un programme d’entraînement puissance personnalisé ?

Vous avez l’intention d’investir dans un capteur de puissance ou vous en possédez déjà un ? Vous souhaitez faire progresser vos watts mais vous ne savez pas comment vous y prendre ? Contactez-nous via le mail contact@velophiles.fr et nous nous ferons un plaisir de vous conseiller.

A LIRE AUSSI :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.